Page d'accueil > SM > Eloge bestiale

Eloge bestiale

Ajoutée par Chiara - Lecture : 5953 fois - Notez : **** - 0 Commentaire(s)

Tu es où?

Derrière toi.

Reste. Et baisse la fermeture de ma robe.

Non. Tu n’as pas besoin de l’enlever. Je vais seulement la remonter. Maintenant, tais toi.

Il n’y avait pas à avoir peur du silence. Les soupirs animales parfumaient sa nuque. Parfois, la violence la faisait chanceler sur ses talons aiguilles. Condamnée à être muette, elle pensait aussi qu’elle devait aussi être immobile. D’une main, il ébouriffait ses cheveux au niveau de sa nuque, de l’autre il lui tenait le ventre. Au bout d’un moment, il se mit à dessiner des ellipses autour de son clitoris. Et dit: Voulez vous bien me griffer milady?

Presque tremblante, elle se mit à l’effleurer avec ses ongles. Elle avait peur de lui faire mal. Soudain, à l’aide son bas ventre, il la comprima contre le mur, s’empara de ses mains et se griffa grâce à elles avec une rage intense. Il bava sur sa nuque, elle sentait la chaleur sur son dos, dans son derrière aussi. Ils eurent un orgasme. Il la fit s’agenouiller face contre le mur. Tais toi. Elle s’exécuta. Il se frotta longuement et brutalement le pénis avec ses cheveux. Puis, il s’empara de sa tête et se masturba avec son crâne. Elle sentait cet organe chaud, humide et doux dans son cou. Elle voulut se toucher. Tu le voudrais ailleurs aussi n’est-ce pas? Ne te touche pas. Je te l’interdit. Lève tes bras et mets les contre le mur. Maintenant tu vas répéter après moi: Heurte moi. Je suis une hyène ouverte juste pour toi. Tu ne peux pas descendre plus bas que terre alors couche toi docilement et face contre terre toujours. Je vais te regarder droit dans le cul mais je n’aime pas te regarder droit dans les yeux ça me rappelle que tu es humaine.

Il frotta son torse, son nez, son torse, sa bouche, sa langue. Ne gémis pas. Tu n’es pas là pour gémir. Maintenant, je vais te croquer l’intérieur des jambes. Mouille autant que tu veux, ce n’est pas maintenant que je veux te pénétrer. Retourne toi et masque toi avec les mains le visage. Il lui comprima le ventre de son pénis. Tu es bien mouillée partout. Je crache sur tes seins. Je lèche ton cou. Je frotte ma sueur sur ton visage alors enlève tes mains. Maintenant j’aime tes yeux. Maintenant tu va sentir le tout en toi. Tu m’appartiens. Laisse moi te mordre. Te mettre les doigts dans le cul et dans la bouche.

Je me retire maintenant avant ton ultime jouissance. Je t’ordonne de te lever. Apres je te lécherai jusqu’à ce que tu crie. Tu es belle quand tu es rouge, tremblante, mouillée. Il déchire sa robe. Mets ton kimono et va sonner chez le voisin. Je lui ai déjà parlé. Il va te mettre à la place de son vase en porcelaine. Tu devras garder les jambes ouvertes. Il t’aime bien tu sais. Quand il se sera introduit jusqu’au fond de ta gorge. Il sera le temps de te mettre à quatre pattes, il aime bien enculer ses proies pendant qu’il les balafres de rouge à lèvres. Surtout n’oublie pas de pousser des cris de lionne sinon il m’appellera et là ma belle tu goûteras tout à la fois jusqu’à l’évanouissement. Je sais que ça arrivera alors j’ai déjà appelé M et P, embrasse les avant de partir, ils sont dans le salon.


Aimez ce récit sur les réseaux sociaux :
Commentaire de l'histoire X :
Aucun pour le moment mais soyez le premier à laisser à un commentaire...

Pour poster un commentaire, vous devez être connecté
Vous pouvez vous connecter sur la page de Connexion