Page d'accueil > Hétéro > Mes vacances avec Séverine

Mes vacances avec Séverine

Ajoutée par Via512 - Lecture : 13286 fois - Notez : ******* - 0 Commentaire(s)

Nos vacances

Séverine et moi sommes un couple de 30 ans tous les deux. Nous sommes ensemble depuis 10 mois. Ayant été pris de cours dans l’organisation de nos vacances d’été nous avons décidé, au dernier moment, de partir dans ma famille qui est dans les landes.
J’aime beaucoup y aller mais pour ce qui est de l’intimité, on fait mieux. Mes parents habitent un appartement qui donne sur la mer mais quand tout le monde est là, on se marche un peu dessus.

Après 6 jours de disette forcée, nous commencions Séverine et moi à être sur les dents et en manque de sexe. La seule possibilité qui m’est apparue pour se retrouver seuls est la cave située, fort logiquement, en sous-sol de l’immeuble.
Quand j’ai proposé ça à Séverine elle m’a rit au nez en me précisant qu’elle n’était pas ce genre de fille, à faire ça n’importe où, à « baiser à la va-vite », et que d’ailleurs elle ne baise pas elle fait l’amour et dans une cave ça s’appelle baiser etc... Face à ce refus, je me la suis remise derrière l’oreille et ai ravalé ma frustration.
Si tout se passe bien dans notre couple, je trouve quand même que Séverine, même si elle a un bon appétit sexuel, est très classique et ne se laisse pas assez aller. J’imagine qu’elle peut être bien plus coquine que ce qu’elle a laissé paraître jusque là. La suite des évènements me donna raison.

Deux jours après m’avoir renvoyé dans mes 22, Séverine est venue se coller à moi alors que nous étions entrain de nous baigner. Elle a saisi ma verge à travers mon short de bain et m’a susurré à l’oreille « toujours prêt à me faire visiter la cave ? »
Ne me faisant pas prier, je suis immédiatement sorti de l’eau en essayant de cacher mon érection naissante et deux minutes après mes affaires étaient rangées et j’étais prêt à partir.
Il a fallut que je la rassure sur le chemin du retour car elle avait peur que je la prenne pour une traînée vu qu’on ne se fréquentait pas depuis très longtemps. J’en ai donc profité pour lui dire que je n’attendais qu’une chose, qu’elle se lâche.
« Ok et bien tu vas voir mon petit père » me répondit-elle en riant nerveusement.

Mes parents habitent une résidence landaise de standing et nous avons la chance que la cave soit très spacieuse et très éclairée. Ca ne rend pas les choses trop glauques.
Nous arrivâmes donc à cette fameuse cave, tous deux en maillots de bains et serviettes. Je ne cherchais plus à dissimuler mon érection qui commençait à me faire mal tellement j’étais excité.
La porte fermée, elle se dirigea tout de suite vers un tabouret, me fit face et posa un pied dessus.

- Tu es déjà bien excité mon cochon ! Avant que je ne m’occupe de ta queue, viens vite m’enlever le sel de mer avec la langue.

En disant ça, elle écartait la culotte de son deux pièces d’une main et de l’autre me faisait signe d’approcher.
Là c’est clair qu’elle se lâche, je ne l’ai jamais vu comme ça. Je ne me fis pas prier 2 secondes de plus et je me suis mis à genoux sous elle en tendant ma langue vers son abricot. Je me suis d’abord attaqué au contour des lèvres, puis aux lèvres elles-mêmes que je me suis appliqué à laper. Je suis remonté sur le bouton que j’ai commencé à sucer et aspirer.

- Oui c’est ça mon chéri c’est bien, lèche-moi bien. Nettoie moi bien la chatte de tout ce sel.

- Elle est bonne ta chatte ma chérie, tu es déjà toute trempée.

- Oui, je suis très en manque et tu m'excites tellement.

Séverine s'est, à ce moment là, dégagée les seins de son haut de maillot et commença d'une main à se pincer les tétons pendant que de l'autre elle m'appuyait sur la tête pour que je sois le plus plaqué possible à son bas-ventre.

- Hum mm c'est bon, vas-y mon petit salaud, bouffe-moi bien. Regarde moi dans les yeux pendant que tu me suces le bonbon. Tu aimes ça me bouffer la chatte hein!!!

2 minutes à ce régime où je l'aspirais, la buvais de toutes mes forces puis elle se dégagea.

- Reste à genoux!

Elle se redressa, enleva son bas, me tourna le dos, se pencha en avant en s'appuyant les mains sur le tabouret, jambes droites et écartées.

- Bouffe moi le cul!

Je n'en croyais pas mes oreilles. Elle n'a effectivement jamais été contre que je lui fasse une feuille de rose mais de là à la réclamer avec tant de force et de conviction, il y a un monde. Effectivement elle se lâchait...
Le temps de penser à tout ça, je suis resté quelques secondes qui ont dû paraître trop longues pour la demoiselle.

- Faut que je t'envoie une invitation? Ecarte moi les fesses et plonge ton visage dans mon cul pour me lécher la rondelle pendant que je me branle.

Ne voulant pas couper ce merveilleux élan, j'ai pris une fesse dans chaque main, je les ai écarté et me suis jeté tête la première, langue conquérante, vers sa petite étoile. Appliqué à la tâche, je ne me décollais de sa lune que pour cracher un peu sur le cratère pour lubrifier tout ça et repartir à la charge.
Pendant que je lui suçais l'arrière train, mademoiselle commençait à se doigter à toute vitesse. Le bruit de clapotis de sa chatte trempée se mêlant à ses gémissements de plus en plus forts.

- Ouuuhhh c'est bon ça, vas-y, dévore moi bien le cul pendant que je me doigte comme une salope.

On va de surprise en surprise, elle qui me disait il y a quelques jours qu'elle ne baisait pas mais faisait l'amour en arrive à se traiter de salope...
Elle se releva comme une furie, les yeux injectés de désir. S'agenouilla à son tour.

- Mets-toi à poils et branle toi sur mon visage, je veux sentir ta bite collée à ma joue.

Aussitôt demandé, aussitôt fait, le short de bain a valsé et a pu enfin laissé respirer ma bite bien trop à l'étroit vu comme elle était tendue. C'est moi qui, à présent, est debout un pied sur le tabouret et trop heureux de pouvoir enfin me prendre le membre à pleine main.

Séverine me prend les couilles d'une main, de l'autre, continue de se branler tout en se collant le visage sur ma queue que j'astique énergiquement.
La voir ainsi a été un spectacle renversant pour moi, elle était magnifique avec cette soif de sexe dans tout le corps. Cette pulsion bestiale qui la poussait à être, comme elle le disait elle même, si salope.

- Alors petite cochonne, t'aime ça que je me branle sur toi pendant que tu te doigtes? Quelle belle salope tu fais avec cette bite collée à ton visage qui n'attend que de te baiser!

- Oui, je vais bien l'exciter cette bite pour qu'elle me baise bien à fond. Je vais lui avaler les copines déjà, elle aime bien.

Joignant les gestes à la parole elle se mis à me lécher les couilles pour ensuite les gober l'une après l'autre en les aspirant bien à fond à chaque fois. Elle glissa également sa main libre entre mes fesses et je sentis très vite son index jouer avec mon étoile

- T'aimes ça quand je joue avec ton cul hein mon salaud!

Dit-elle entre deux gobages de bourses.

- Vas-y ma salope, éclate toi avec mon cul, doigte moi.

Il ne fallut pas plus pour que cette cochonne enfonce d'un coup sec son majeur en moi et commence à le remuer au rythme de sa propre masturbation. Je bandais de plus belle.
A mon tour je décidais de me lâcher complet. Je me libérai de son emprise. Je me mis sur le dos, passa mes bras derrière mes genoux, pour m'arrondir la croupe au maximum et présenta à Séverine mon derrière poilu.

- A toi de me bouffer le cul salope.

- Hum mm tu aimerais ça mon gros cochon hein! Tu veux que je te le salive ton petit anneau hein...

Elle se mis au dessus de moi et se mis à me lécher le trou tout en me branlant d'une main. Jamais on ne me l'avait fait et j'ai de suite adoré.
Séverine alternait, quand elle me léchait le cul elle se doigtait et quand elle arrêtait elle M'enculait avec ses doigts trempés de sa cyprine.

- C'est que je peux mettre 2 doigts dans ton petit cul mon cochon. C'est toi la petite salope. Fais moi penser à acheter un gode ceinture que je t'encule comme tu le mérites.

- C'est comme ça que je te veux ma Séverine, une vraie salope assoiffée de sexe.

- Mais c'est comme ça que tu m'auras, maintenant que tu as enlevé le couvercle ne crois pas pouvoir refermer la boîte si facilement. En attendant viens me baiser comme une chienne, je n'en peux plus il faut que je jouisses.

Elle se plaça à 4 pattes en tendant la croupe vers moi. Je l'ai enfilé d'un coup sec, elle était tellement humide que ça ne posa pas de problème. Il ne fallut pas que je la lime beaucoup avant que Séverine explose.

- Oh putain oui défonce moi vas-y. Mets moi des grands coups de bite. AHHHH j'aime oui, vas-y baise moi.

Elle se faisait d'une gourmandise sexuelle impressionnante et c'est dans un énorme râle qu'elle eu un orgasme violent. Il ne m'en fallait pas d'avantage pour moi-même vouloir libérer toute cette tension.
Juste le temps pour moi d'entendre Séverine me demander de lui éjaculer sur le cul pour pouvoir satisfaire sa demande.
Enfin c'est vite dit car j'ai plus envoyé dans tous les sens que sur son cul, trop d'excitation rend le contrôle difficile...

Nous avons remis nos maillots et sommes remontés à l'appartement, heureux de cette partie de jambes en l'air et également heureux de nous être découverts un peu plus.
Je savais bien que Séverine était plus coquine que ce qu'elle laissait paraître jusque là.
La suite des vacances me le confirma mais ça, ça sera l'occasion d'autres épisodes de nos aventures.

Via512

Aimez ce récit sur les réseaux sociaux :
Commentaire de l'histoire X :
Aucun pour le moment mais soyez le premier à laisser à un commentaire...

Pour poster un commentaire, vous devez être connecté
Vous pouvez vous connecter sur la page de Connexion